La bella giornata de Peroni

Peroni

Vous connaissez Peroni, la bière italienne ? Un peu ? Et bien moi, c’est pareil. J’ai vécu en Angleterre où elle est très appréciée mais malgré ça, je ne savais jusqu’à récemment que très peu de choses sur la Nastro Azzurro, mis à par le fait qu’elle soit légère et facile à boire. La semaine dernière, on était invité à passer la journée avec l’équipe de la marque à Paris, pour en apprendre davantage sur la bière, ses saveurs et le style de vie Peroni. Et quelle journée !

On commence comme il se doit. En mangeant.

On a retrouvé l’équipe et une poignée d’autres blogueurs et journalistes (que nous ne connaissions pas pour la plupart, puisqu’on vient seulement de débarquer de New York) à East Mamma, un nouveau restaurant -italien, bien entendu- à Bastille. J’ai à peine eu le temps de m’asseoir et de me présenter à mes voisins que l’on m’offrait un plateau de charcuterie et de fromage, dont un bout de mozzarella découpé dans la plus grosse boule de fromage italien que j’ai jamais vu, et un verre de Peroni of course. En le savourant, on m’en a dit davantage sur nos invités. La bière Peroni a été fondée en 1846 dans le village de Vigevano en Lombardie. Elle est connue pour sa lager premium Nastro Azzurro qui est légère (5,1%) et peu amer, grâce au maïs utilisé pendant son brassage, qui adoucit l’acidité naturelle de la boisson.

Après avoir fini ce premier verre, l’un des serveurs italiens a déposé une part de pizza devant moi. Croûte moelleuse, sauce tomate raffinée. Bonheur. Après avoir vécu à New York, j’ai développé un cahier des charges très précis pour mes pizzas, et celle d’East Mamma répondait à tous mes critères. S’en est suivi une série de plats de pâtes, trop nombreux pour que je les liste. Mais un en particulier est sorti du lot. Des pâtes plates cuites dans une sauce aux truffes blanches, délicieuse et intoxicante. J’en rêve encore. Un petit espresso plus tard (vous savez que j’aime le café) et on nous demandait poliment d’embarquer dans un tuk-tuk, ce qui à Paris (nous a-t-on dit) constitue l’expérience la plus proche de conduire un Vespa à Rome (autrement dit : se sentir incroyablement vivant tout en se disant qu’on va mourir à chaque virage).

La belle giornata

La Bella Giornata

Le tuk-tuk en question nous a déposé le long de la Seine où on est monté à bord d’un vaporetto vénitien pour une balade d’un bout à l’autre de Paris. Parfait pour se détendre, apprécier la vue, boire encore un peu de Peroni et manger d’autres spécialités italienne alla aperitivo. À ce moment-là, je me suis dit : pourquoi est-ce que ce n’est pas tous les jours comme ça ? Et je ne savais pas encore ce que le reste de la journée nous réservait…

Une rencontre avec les Cifonelli’s, tailleurs bespoke depuis 1880

Au club des douze, on est passionné de menswear et l’équipe Peroni a donc pensé qu’on apprécierait visiter l’un des plus anciens ateliers de costumes sur-mesure de Paris, Cifonelli. Excellente idée ! On a pu découvrir les matières qu’ils utilisent, voir certaines des commandes les plus extravagantes de leurs clients, discuter avec Massimo Cifonelli, le responsable de la maison et petit-fils des fondateurs italiens. En passant d’une pièce à l’autre de l’atelier, je me suis dit que je devais être au paradis de la mode masculine italienne… Et je n’ai pas pu m’empêcher de mitrailler l’atelier.

Cifonelli

Cifonelli

Cifonelli

Cifonelli

Cifonelli

Et puis on a bu, encore…

Le but de la journée était de découvrir le mode de vie Peroni et donc bien entendu, il fallait qu’on boive un peu plus de bière. On l’a fait sans broncher (pourquoi s’y opposer !), d’autant que cette fois, il s’agissait d’une expérience différente. Puisque que Nastro Azzurro est une bière légère, elle peut facilement être mélangée et on s’est donc rendu chez Maze, un bar à cocktail de la rue Tiquetonne où le barman, Ousseyne nous a présenté (et fait goûter) ses cocktails préférés à base de Peroni. Beaucoup de saveurs très intéressantes, entre le sirop de fleur de sureau et le poivre de Szechuan, qui font que ces cocktails seront difficile à oublier. D’ailleurs, on va essayer de les refaire à la maison, à condition que l’on trouve les bons ingrédients.

Enfin, dernier stop de la journée, le nouvel hôtel Molitor et son rooftop bar, pour une petite session chill, networking et Peroni. Encore une fois, quelle journée !

Peroni

Peroni