Maison Chapal

20161130_0927

Nous avons lancé ce blog –il y a maintenant près de six ans!– pour parler d’entrepreneurs, de créateurs indépendants et des marques heritage qui les inspirent. Aujourd’hui, on vous parle de Chapal, un label historique, une entreprise française en existence depuis 1832, spécialisée dans le cuir et la fourrure de qualité, à la croisée de deux univers qui nous sont chers : l’uniforme utilitaire et l’élégance française.

Après s’être rapidement développée aux États-Unis suite à sa création, l’entreprise familiale fut choisie par l’US Air Force pour fournir les peaux (traitées en utilisant un procédé de plastification imperméabilisant) qui serviront à la fabrication des blousons de leurs pilotes. Après la guerre, dans les années 1950, Chapal employait 3 000 artisans dans ses deux ateliers français et son usine à Brooklyn.

Durant la seconde moitié du XXe siècle, elle est devenue le fournisseur de vêtements en cuir de quelques unes des plus grandes maisons de luxe française, parmi lesquelles Christian Dior. Aujourd’hui, l’entreprise est dirigée par Jean-François Bardinon (la sixième génération de dirigeants, découvrez son interview ci-dessous) qui écrit un nouveau chapitre dans l’histoire de la marque.

B3_mouton retourné front

B3_mouton retourné back

La pièce la plus iconique de la marque est la veste de pilote traditionnelle en mouton retourné verni (ci-dessus) mais ces dernières années, Jean-François -qui officie également en tant que directeur artistique- s’est inspiré de l’histoire et des archives de la marque pour revisiter ses classiques.

La nouvelle collection comprend une gamme complète de vestes, bien entendu, mais également de vêtements et d’accessoires –désormais disponibles en ligne. J’ai sélectionné quelques uns de mes accessoires et chaussures préférés ci-dessous : le casque souple 1950 en cuir jaune glacé, les baskets montantes en denim et cuir et ces magnifiques gants 1950 en maille et cuir. Enfin, un peu plus difficile à porter au bureau, mais néanmoins ma pièce préférée, la combinaison de pilote en gabardine.

La collection est toujours inspirée de l’imaginaire de l’aviation vintage et des sports motorisés mais les silhouettes sont légèrement plus ajustées que celles des produits originels de la marque, pour correspondre aux attentes du gentleman moderne. Fidèle à l’esprit de la marque, chaque pièce témoigne de la qualité des matières choisies et de l’excellence des finitions.

casque-automobiliste-cuir-glace-jaune

baskets-montantes-denim

gants-maille-1950

Les vestes de pilotes restent le coeur de l’identité de la marque. Elles ont fait la réputation du nom de l’entreprise et sont aujourd’hui exclusivement produites en France (l’entreprise a fermé son usine américaine pour se concentrer sur la fabrication made in france) par des artisans tanneurs qualifiés. Elles peuvent aujourd’hui être achetées en ligne mais l’ultime expérience Chapal est de visiter le showroom parisien de l’entreprise et de commander une pièce sur-mesure…

Pour étendre son influence, la marque a également tissé des partenariats avec une sélection d’individus talentueux et d’institutions respectées, comme la créatrice anglaise Wales Bonner ou le magazine The Rake, afin de produire des collections capsules en éditions limitées. Cliquez ici pour en savoir plus sur leur collaboration avec The Rake.

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur Chapal, je vous invite à jeter un oeil à leur site web et, si vous êtes toujours en train de faire vos courses de Noël, à vous rendre sur l’e-shop de la marque. Et comme d’habitude, n’hésitez pas à nous faire savoir sur les réseaux sociaux (@leclubdesdouze) ce que vous en pensez et quel est votre produit préféré.

chapal-workshop

chapal-workshop-france

Questions/réponses avec Jean-François Bardinon

D’où viens-tu et où habites-tu aujourd’hui ?

Je suis originaire de la Creuse, d’un petit village qui s’appelle Crocq. C’est là qu’est née l’entreprise Chapal et où se trouve toujours la tannerie et l’atelier de fabrication. Aujourd’hui, je partage ma vie entre la Creuse et Paris.

Que fais-tu dans la vie et comment en es-tu arrivé là?

Je suis entré chez Chapal en 1982. En tant que président, je fais partie de la sixième génération des dirigeants de la maison, qui a été fondée en 1832. J’en suis également créateur et dessine ainsi toutes les collection. J’essaie d’apporter un sens artistique à cette société très industrielle. Je veux la transformer en une véritable marque de prêt-à-porter. Après tout, je me considère plus comme un artisan que comme un industriel, et je refuse toute sous-traitance.

J’ai toujours été très attiré par la mode et la technique. C’est un univers dans lequel j’ai grandi et j’ai d’ailleurs créé mon premier blouson, Le Comète, avec les mauvaises peaux des tanneries Chapal.

J’attache une grande attachement à la tombée des vêtements, à la perfection des coupes.

Où puises-tu ton inspiration et qu’est-ce qui te motive ?

Je garde un souvenir tout particulier des Maisons Lanvin, Hermès, Mauboussin, Patek & Philippe qui habillaient et paraient mes grands parents. Aujourd’hui elles marquent mon style et mon goût pour le luxe parisien.

Jean-François-Bardinon

J’adore le style des années 50, c’est l’une de mes grandes sources d’inspiration. La période d’après-guerre a amené de profonds bouleversements dans le milieu de la mode : une plus grande liberté, mais surtout des vêtements plus fittés. Cette époque influence également mon style aujourd’hui. J’attache un grand attachement à la tombée des vêtements, à la perfection des coupes. J’ai un souci de justesse et de perfection.

Ensuite, les flight jackets. Elles font partie de l’histoire de Chapal. J’aime les rendre plus contemporaines avec des détails particuliers. Ce sont de parfaits classiques à réinterpréter.

Enfin, l’univers automobile est également une source d’inspiration, ainsi que toute la gamme -casques, lunettes, combinaisons- qui s’adressent aux collectionneurs. C’est une passion familiale.

Repousser sans cesse les limites et être toujours à la recherche de l’excellence.

Comment décrirais-tu ton style ?

Rock chic. J’aime apporter un peu de folie à une tenue classique. Je ne porte que du Chapal. Ma tenue favorite : un blazer en velours, une cravate en cuir glacé, une chemise blanche, un jean nappé et des bottines noires. J’aime me démarquer, casser les codes.

Quels sont tes gros projets du moment ?

En 2019, nous allons ouvrir un Centre d’Art et de Culture à Crocq, juste à côté de notre atelier de fabrication. Il s’agira d’un site qui racontera l’histoire de Chapal, à la croisée de plusieurs univers : l’artisanat, l’automobile, la mode, etc.

Je travaille également sur de belles collaborations, et notamment une avec un acteur américain.

Enfin, nous allons créer une gamme de bijoux, pour homme et femme, en partenariat avec le designer Mauricio Clavero. Ils seront fabriqués à partir de métaux fondus et de cuir.

Mot de la fin ?

Repousser sans cesse les limites et être toujours à la recherche de l’excellence.

IMG_2795